Archives de la categorie : Artéfacts (Page 2)

Des os d’animaux

14 août
14 août 2013

Une quantité impressionnante d’ossements d’animaux a été découverte depuis le début de la campagne de fouilles 2013. Le sol sablonneux autour du Musée permet une conservation exceptionnelle des os. Ils sont donc non seulement nombreux, mais en très bon état. À ce jour, la faune retrouvée ressemble à celle dévoilée lors de la saison de fouilles 2012. Toutefois, des analyses seront nécessaires avant de pouvoir détailler la variété des espèces animales capturées.

Quelques os découverts lors des fouilles


Quelle est la faune associée aux os découverts? À la suite des analyses des ossements mis au jour en 2011 et 2012, les archéologues ont pu affirmer que trois espèces à fourrures – le castor, le rat musqué et l’ours noir – étaient bien représentées sur le site. Ils ont également observé la présence d’oiseaux domestiques et de mammifères sauvages et domestiques, comme le bœuf, le mouton, le porc et la poule. Cependant, ils ont été surpris par la faible présence d’oiseaux sauvages étant donné la proximité du site des milieux humides et des battures du lac Saint-Pierre. Il y avait aussi beaucoup d’ossements de poissons; les familles les mieux représentées étant celles de la barbotte et de la barbue, de la carpe, de la perchaude et du meunier.
 
Les ossements découverts en 2013 ressemblent-ils à ceux-ci? Les familles animales ne pourront être précisées qu’après les analyses. Néanmoins, nous savons qu’il y a présence de poissons et de petits mammifères terrestres comme le castor et le rat musqué. Quelques os appartenant à de plus gros animaux, tels que l’ours et l’orignal, ont également été identifiés.
 

Perles en os

Quelle est la signification de la présence de ces os sur le site? Il est certain que la diète des Abénakis était très variée. Plusieurs animaux ont donc fait partie de leur alimentation. Des analyses plus poussées permettront de déterminer quels ossements ont été découpés à la scie et lesquels furent fendus pour en extraire la moelle.
 
Certains de ces os ont-ils été travaillés afin d’être transformés en objet? Depuis le début de la saison de fouilles, très peu d’os modifiés ont été découverts. Les apprentis archéologues ont mis au jour quelques perles en os ainsi qu’un os semblant avoir été converti en navette, un outil servant à enfiler le fil de trame lors du tissage à la verticale. En revanche, gardons en tête que les fouilles ne sont pas terminées. D’autres outils en os seront peut-être découverts d’ici la fin de la campagne!

Navette en os

Artefact coup de coeur

13 août
13 août 2013

Pipe de type micmac

 
Par Mathieu O’Bomsawin Gauthier
 

Ce type de pipe est répandu principalement dans le Nord-Est américain et particulièrement dans les Grands Lacs et la vallée du Saint-Laurent. On le retrouve également dans des régions qui surpassent ces territoires, allant du Labrador jusqu’aux Rocheuses, de même que des Territoires du Nord-Ouest jusqu’aux régions de la Pennsylvanie et de l’Indiana. Malgré le nom qu’on lui a attribué, l’utilisation de cette pipe ne se limitait pas qu’à la nation micmac. En effet, bon nombre de nations autochtones auraient utilisé ce type de pipe avant et durant la période de contact. Les pipes de type micmac retrouvées dans l’est de l’Amérique datent habituellement de la deuxième moitié du XVIIe et du XVIIIe siècle. Elles sont la plupart du temps liées à des sites où il y aurait eu des échanges avec les Français, tels les postes de traite et les forts militaires de même que sur les territoires occupés par la Compagnie du Nord-Ouest. Celle retrouvée sur le site du fort Odanak est faite en argilite rouge, une composante géologiquement inexistante dans la vallée du St-Laurent. Elle dénote donc d’un large réseau commercial qui a existé entre les peuples de la vallée du St-Laurent et des Maritimes, avec les peuples de l’ouest, qui pouvait se rendre jusque dans la région du Michigan. Ces pipes apparaissent à partir des années 1650 et deviendront de plus en plus rares après la guerre de Sept Ans, en 1763. Par la suite, les pipes en terre cuite fine blanche, fabriquées par les Européens, remplaceront graduellement les différents types de pipes fabriqués par les autochtones.


Pipe de type micmac en argilite rouge

Les écofacts

09 août
9 août 2013

Graines qui semblent provenir de cerisiers de Pensylvanie

Plusieurs graines provenant vraisemblablement d’un arbuste nommé Prunus pensylvanica, communément appelé cerisier de Pennsylvanie ou petit merisier, ont été découverts dans les fosses du site archéologique. Cette espèce est originaire d’Amérique du Nord. Son aire de répartition naturelle couvre une très grande partie du Québec, allant du sud de la province jusqu’au nord de la Baie-James. Cet arbuste poussait donc naturellement dans la région du Centre-du-Québec.
 
Cette découverte fournie de précieuses informations aux archéologues par rapport à la diète des Abénakis vivant dans le village fortifié d’Odanak. Bien que très acides, les petits fruits rouges produits par cet arbuste sont comestibles. La présence de ces graines nous apprend donc que les gens consommaient des produits provenant de la cueillette.
 
Un autre écofact bien présent sur le site archéologique est l’épi de maïs de type Northern Flint. Plusieurs morceaux d’épis carbonisés ont été mis au jour par les apprentis archéologues. Cette petite variété de maïs à huit rangs originaire du Canada et du nord des États-Unis résiste très bien au froid. Elle s’est donc adaptée aux saisons estivales plus courtes d’Amérique du Nord en devenant rapidement mature. Son nom « Flint » signifie silex en français et lui vient de son grain qui est dur.
 

Morceaux carbonisés d’épis de maïs de type Northern Flint

Les Abénakis étant reconnus pour entretenir de petits jardins, ils cultivaient peut-être de petites quantités de cette variété de maïs. Toutefois, l’horticulture abénakise n’a rien à voir avec celle européenne. Ils plantaient probablement de petits groupes de 15 à 20 épis dispersés dans les zones propices à la culture. Il est également envisageable qu’ils aient obtenu du maïs en commerçant avec les autres groupes autochtones à proximité. L’unique certitude que nous avons, c’est que les Abénakis d’Odanak mangeaient du maïs!

Artefact coup de coeur

08 août
8 août 2013

De la monnaie ancienne

 
Par Gabriel Cloutier
 

J’ai choisi la pièce d’un sou datant de 1837. Ce qui explique mon choix se résume au fait qu’il soit rare de trouver ce type d’artefacts, donc à la chance que j’ai eue de pouvoir trouver cet objet.
 
Cette pièce fut émise par la Banque Du Peuple (information que l’on peut observer sur le ruban au dos du sou) en 1837. Cette monnaie était censée représenter les « habitants » du Bas-Canada. Sur la face de la pièce, nous pouvons apercevoir qu’il y est inscrit « PROVINCE DU BAS CANADA » ainsi que sa valeur, soit un sou. Ces pièces faites en cuivre étaient fondues dans un moule pour obtenir une forme parfaite afin d’empêcher la fraude. Elles furent ensuite utilisées pour le commerce dans le Bas-Canada, ce qui facilita les échanges.


Deux dollars canadien actuel et pièce de monnaie d’un sou émise par la Banque du Peuple en 1837. Ces pièces d’un sou étaient faites de cuivre, mesuraient de 28,2 à 28,3 mm de diamètre et pesaient 9,5 g. Le deux dollars canadien actuel fait 28 mm de diamètre et pèse 7,3 g.

Artefact coup de coeur

07 août
7 août 2013

Un ornement ou un jeton de jeux?

 
par Mathilde Gariépy
 

Mon artefact coup de cœur est un objet circulaire en ardoise perforé en son milieu et décoré de gravures. Les archéologues ont plusieurs hypothèses pour ce qui est de l’utilisation de cet objet. Cet artefact pourrait être soit un ornement de collier, une décoration pour les vêtements ou un jeton de jeu. On peut déduire qu’il est typiquement amérindien grâce aux chevrons qui sont gravés dans l’ardoise. Plusieurs carrières d’ardoise longeaient le chemin que les Abénakis empruntaient pour voyager du Maine jusqu’à Odanak. Cet objet est associé au 17e siècle, bien que nous l’ayons trouvé dans une couche peu profonde, car le sol à cet endroit a subi beaucoup de perturbations.

Médaillon d’ardoise qui pourrait être un ornement ou un jeton de jeux