Archives pour le mois de : juin, 2010

Fort d’Odanak : un engouement médiatique

27 juin
27 juin 2010

Suite à la conférence de presse qui s’est déroulée hier, le mercredi 26 mai 2010, les réactions ne se font pas faites attendre.

La couverture médiatique est importante. La station de radio CKBN, qui a d’ailleurs réalisé sa quotidienne de midi, hier, en direct du Musée des Abénakis, diffuse la nouvelle du lancement sur son site http://www.ckbn.ca/ et http://www.ckbn.ca/nouvelles.php?id=181. Sur ses ondes, circule l’information concernant le concours Fort d’Odanak, archéologues d’un jour, organisé par le Musée des Abénakis. Le couple gagnant pourra ainsi découvrir le métier d’archéologue et la richesse culturelle de la région Centre-du-Québec.

Les quotidiens régionaux, le Courrier Sud  http://www.lecourriersud.com/Actualites/2010-05-27/article-1167708/Des-fouilles-archeologiques-a-Odanak/1 et le Nouvellistehttp://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/vie-regionale/rive-sud/201005/27/01-4284207-important-projet-darcheologie-a-odanak.php offrent au projet Fort d’Odanak, le passé revisité, une place de choix dans leurs colonnes.

A la recherche du Fort Crevier.

22 juin
22 juin 2010

ODANAK, le 22 juin 2010 : A la recherche du Fort Crevier.

A Notre Dame de Pierreville, s’érigeait le Fort Crevier, une des nombreuses fortifications construites en Nouvelle-France pour prévenir les attaques des iroquois, notamment.

Geneviève Treyvaud et Michel Plourde devant la stèle commémorative du Fort Crevier installée au milieu des années 1920

Geneviève Treyvaud et Michel Plourde adoptent une nouvelle stratégie de recherches. En effet, face aux difficultés rencontrées pour localiser le Fort Odanak, les archéologues ont du s’adapter à la réalité du terrain. Grâce aux cartes et aux plans d’époque, ils vont tenter de retrouver le fort Crevier. Pourquoi, me dirait-on? Chaque fort est situé, sur les plans d’autrefois, par rapport à un autre fort. Donc, avec la localisation du Fort Crevier et la conversion des mesures d’alors (toises, lieues,…) en mesures d’aujourd’hui, il serait possible de retrouver le lieu où était érigé le fort abénakis.

La rivière Saint-François depuis Notre-Dame de Pierreville

Les plans d’époque situent le Fort Crevier en bordure de la rivière Saint-François. Les archéologues tentent de déterminer une place stratégique, correspondant au plan qu’ils ont en possession, qui aurait pu accueillir une construction de ce type.

Les fouilles archéologiques touchent bientôt à leur fin. Geneviève Treyvaud et Michel Plourde commencent à établir un plan de travail pour l’automne et l’hiver à venir afin de préparer le terrain pour les recherches à venir.

Le projet Fort d’Odanak, le passé revisité! a révélé les richesses historiques dont recèlent la terre abénakise. Les perspectives d’avenir en matière d’archéologie sont grandes.

Coupure de presse 2010

18 juin
18 juin 2010

Face à la découverte décisive réalisée sur le site de CaFe 5 en fin de semaine dernière par l’équipe d’archéologues, les médias se sont emparés de la nouvelle.

http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/vie-regionale/rive-sud/201006/18/01-4291174-une-pointe-de-fleche-de-plus-de-4000-ans.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_les-plus-populaires-le-nouvelliste_section_ECRAN1POS1

Outre la presse écrite, hier après-midi, jeudi 17 juin 2010, la chaîne de télévision, RDI, s’est rendue au Musée des Abénakis pour rencontrer Geneviève Treyvaud et Michel Plourde ainsi que Richard Gill et Michelle Bélanger pour diffuser l’information au plus grand nombre.

Compte-rendu

18 juin
18 juin 2010

ODANAK, le 18 juin 2010 : Compte-rendu.

Lors de la dernière réunion d’information qui s’est déroulée hier, à 17h, au Musée, Geneviève Treyvaud et Michel Plourde ont établi un bilan hebdomadaire de leurs recherches, notamment, concernant le site CaFe 5.

Sur ce site, des artéfacts d’origine européenne ont été retrouvés. Il est nécessaire d’être vigilant quant à l’interprétation que l’on doit tirer de la présence de ces objets en ce lieu.

En effet, les amérindiens sont friands de certains objets européens, obtenus lors d’échanges divers. Les archéologues, portent, de ce fait, une attention particulière à la réutilisation du matériel européen, à la transformation potentielle que l’objet a subi pour s’adapter aux besoins des populations autochtones. Par exemple, l’encrier a pu être utilisé comme contenant, d’ailleurs, facile à transporter, pour des plantes médicinales.

CaFe 5 est un témoin de la culture matérielle historique. De nombreuses traces du passé ont été dévoilées sans que les fouilles n’aient véritablement commencé.

Quatre semaines de prospections ne sont pas suffisantes pour comprendre la complexité des sites.

Préparatifs

17 juin
17 juin 2010

ODANAK, le 17 juin 2010 : Préparatifs.

A la suite des précipitations de la soirée et de la nuit d’hier, les sols sont détrempés, ce qui rend les sondages impossibles.

Chaque découverte réalisée par les archéologues vient enrichir la collection archéologique du Musée. C’est pourquoi, chaque tesson remarquable ou groupe de tessons doit être numéroté, classé et documenté dans une base de données spécifique. Céramique en gré, porcelaine française, tesson d’un encrier, plusieurs éclats de verre, témoins de la période de contact entre les amérindiens et les européens, trouvés ce mois-ci sur la commune ont occupé l’attention de Geneviève Treyvaud et Michel Plourde, ce matin.