Archives pour le mois de : août, 2013 (Page 3)

Une trouvaille inusitée!

15 août
15 août 2013

L’équipe d’archéologie a fait une découverte bien inusitée aujourd’hui… qu’ils ont prénommé Gertrude! Il s’agit en fait d’une très très grosse chenille. Toute l’équipe s’est entendue pour dire que c’est décidément la plus grosse chenille qu’ils n’ont jamais vue. Quel genre de papillon peut bien devenir pareille bestiole?

Une semaine fructueuse!

15 août
15 août 2013

L’équipe d’archéologie a trouvé plusieurs objets intéressant cette semaine. Vous pouvez admirer ces artefacts, exposés dans le hall du Musée, en venant nous visiter. Néanmoins, en voici un petit aperçu en photos pour les internautes avides de connaissances!
 

Balle de mousquet.


Aiguille en alliage cuivreux avec tête d’épingle enroulée, transformée en hameçon.


Dans le sens horaire en partant du coin gauche; tesson de faïence française, tesson de faïence française, tesson de terre cuite commune vernissée vert transformé en jeton, tesson de poterie amérindienne.


Ornement en os travaillé.


Tête d’épingle à vêtement décorée faite en os.


Perles en coquillage. Deux coquillages peuvent avoir été utilisés pour fabriquer ces perles; le Venus Mercenaria et le Busycon perversum.

D’autres articles qui parlent de nous!

14 août
14 août 2013

L’annonceur parle du fort d’Odanak! Lisez cet article citant les archéologues en charge du projet Fort d’Odanak : le passé revisité!

L’annonceur – Découverte archéologique décisive sur le site d’ Odanak

 
Le projet a également fait une apparition dans le Sorel-Tracy Express!

Sorel-Tracy Express – Des découverte décisives à Odanak

Des os d’animaux

14 août
14 août 2013

Une quantité impressionnante d’ossements d’animaux a été découverte depuis le début de la campagne de fouilles 2013. Le sol sablonneux autour du Musée permet une conservation exceptionnelle des os. Ils sont donc non seulement nombreux, mais en très bon état. À ce jour, la faune retrouvée ressemble à celle dévoilée lors de la saison de fouilles 2012. Toutefois, des analyses seront nécessaires avant de pouvoir détailler la variété des espèces animales capturées.

Quelques os découverts lors des fouilles


Quelle est la faune associée aux os découverts? À la suite des analyses des ossements mis au jour en 2011 et 2012, les archéologues ont pu affirmer que trois espèces à fourrures – le castor, le rat musqué et l’ours noir – étaient bien représentées sur le site. Ils ont également observé la présence d’oiseaux domestiques et de mammifères sauvages et domestiques, comme le bœuf, le mouton, le porc et la poule. Cependant, ils ont été surpris par la faible présence d’oiseaux sauvages étant donné la proximité du site des milieux humides et des battures du lac Saint-Pierre. Il y avait aussi beaucoup d’ossements de poissons; les familles les mieux représentées étant celles de la barbotte et de la barbue, de la carpe, de la perchaude et du meunier.
 
Les ossements découverts en 2013 ressemblent-ils à ceux-ci? Les familles animales ne pourront être précisées qu’après les analyses. Néanmoins, nous savons qu’il y a présence de poissons et de petits mammifères terrestres comme le castor et le rat musqué. Quelques os appartenant à de plus gros animaux, tels que l’ours et l’orignal, ont également été identifiés.
 

Perles en os

Quelle est la signification de la présence de ces os sur le site? Il est certain que la diète des Abénakis était très variée. Plusieurs animaux ont donc fait partie de leur alimentation. Des analyses plus poussées permettront de déterminer quels ossements ont été découpés à la scie et lesquels furent fendus pour en extraire la moelle.
 
Certains de ces os ont-ils été travaillés afin d’être transformés en objet? Depuis le début de la saison de fouilles, très peu d’os modifiés ont été découverts. Les apprentis archéologues ont mis au jour quelques perles en os ainsi qu’un os semblant avoir été converti en navette, un outil servant à enfiler le fil de trame lors du tissage à la verticale. En revanche, gardons en tête que les fouilles ne sont pas terminées. D’autres outils en os seront peut-être découverts d’ici la fin de la campagne!

Navette en os

Artefact coup de coeur

13 août
13 août 2013

Pipe de type micmac

 
Par Mathieu O’Bomsawin Gauthier
 

Ce type de pipe est répandu principalement dans le Nord-Est américain et particulièrement dans les Grands Lacs et la vallée du Saint-Laurent. On le retrouve également dans des régions qui surpassent ces territoires, allant du Labrador jusqu’aux Rocheuses, de même que des Territoires du Nord-Ouest jusqu’aux régions de la Pennsylvanie et de l’Indiana. Malgré le nom qu’on lui a attribué, l’utilisation de cette pipe ne se limitait pas qu’à la nation micmac. En effet, bon nombre de nations autochtones auraient utilisé ce type de pipe avant et durant la période de contact. Les pipes de type micmac retrouvées dans l’est de l’Amérique datent habituellement de la deuxième moitié du XVIIe et du XVIIIe siècle. Elles sont la plupart du temps liées à des sites où il y aurait eu des échanges avec les Français, tels les postes de traite et les forts militaires de même que sur les territoires occupés par la Compagnie du Nord-Ouest. Celle retrouvée sur le site du fort Odanak est faite en argilite rouge, une composante géologiquement inexistante dans la vallée du St-Laurent. Elle dénote donc d’un large réseau commercial qui a existé entre les peuples de la vallée du St-Laurent et des Maritimes, avec les peuples de l’ouest, qui pouvait se rendre jusque dans la région du Michigan. Ces pipes apparaissent à partir des années 1650 et deviendront de plus en plus rares après la guerre de Sept Ans, en 1763. Par la suite, les pipes en terre cuite fine blanche, fabriquées par les Européens, remplaceront graduellement les différents types de pipes fabriqués par les autochtones.


Pipe de type micmac en argilite rouge