Archives pour le mois de : août, 2014 (Page 3)

Une étonnante visite

12 août
12 août 2014

Hier, en plus de nos nombreux visiteurs intéressés par le projet archéologique, nous avons eu droit à la visite d’une petite curieuse qui voulait être la première prévenue des découvertes des membres de notre équipe.

On peut dire que la petite couleuvre nous a porté chance puisque nous avons eu droit à de belles trouvailles. Entre autres, un petit maïs carbonisé a été découvert. D’après nos connaissances, cet épi a pu être cultivé par un groupe abénakis qui entretenait de petits jardins, où ne poussaient qu’une vingtaine d’épis, ou encore, avoir été obtenu grâce aux échanges effectués entre les Abénakis et les autres groupes autochtones qui vivaient à proximité du Fort d’Odanak.

Également, une trace de pieu bien visible a été mise au jour. Celle-ci est assez facile à voir puisqu’elle a été trouvée en stratigraphie, c’est-à-dire qu’elle pouvait être vue sur toute sa longueur. Cette trace a été trouvée très près du foyer de la zone artisanale découvert au cours des derniers jours.

Trace de pieu en stratigraphie.


Trace de pieu en stratigraphie et foyer.

Les médias montréalais parlent du projet

11 août
11 août 2014

C’est au tour des médias anglophones de parler de nous. Lisez l’article de CBC News Montreal concernant le projet archéologique.

Bien que l’article mentionne qu’il est possible de fouiller, ce n’est pas le cas. L’aire de fouille est accessible aux visiteurs qui peuvent discuter avec l’équipe d’archéologie.

CBC News Montreal – Archeological dig reveals Abenaki fortress in Quebec

Un foyer et du plomb

08 août
8 août 2014

Les membres de l’équipe d’archéologie ont poursuivi les fouilles dans la zone artisanale mise au jour hier. Voici ce qu’on pouvait y voir :

Foyer et zone artisanale

Et maintenant, voyez ce qu’il est possible d’observer cet après-midi, après une demi-journée de fouilles. Toute la zone très foncée d’hier est maintenant rouge-orangé. En fait, en chauffant, la chaleur du feu et des cendres transperce le sable et en change sa couleur, passant du beige-orangé au rouge-orangé.

Les coulées de plomb

À l’époque du Fort, les balles de mousquets étaient faites de plomb. Bien qu’aujourd’hui, la majorité d’entre nous connait les effets nocifs du plomb sur la santé, ces effets étaient méconnus à l’époque. D’ailleurs, même si un soldat survivait à une blessure par balle, il n’était pas rare de le voir décéder puisque la balle, surtout si elle était restée logée dans le corps du soldat, empoisonnait le sang de l’homme.

Pour fabriquer ces petites balles, il fallait d’abord faire couler du plomb liquide dans un moule. Chacun de ces moules fabriquait plusieurs balles à la fois. Lorsque le plomb avait durci, les Abénakis pouvaient enfin couper et récupérer les balles devenues solides.

L’entrevue de cet après-midi

07 août
7 août 2014

Pour écouter dans son intégralité l’entrevue de la directrice générale Michelle Bélanger au journaliste René St-Louis lors de l’émission 15-18 du 8 août 2014 à 15 h 19, cliquez sur le lien ci-dessous :

Radio-Canada Première Chaîne – Le 15-18

Un début de réponse à nos questions

07 août
7 août 2014

L’équipe d’archéologie commence à avoir des réponses aux questions qu’ils se sont posées en début de semaine. Fouillent-ils à l’intérieur du Fort ou sont-ils rendus à l’extérieur des aires d’habitation ? Aujourd’hui, ils ont commencé à dégager des formes qui sembleraient être associées à des traces de pieux de la palissade. Quelle bonne nouvelle !

Aiguilles et cônes clinquants

Autres que ces traces de pieux, ils auraient également mis la main, ce matin, sur plusieurs objets associés à la période du Régime français. Parmi ceux-ci, notons de nombreuses perles de traite, des tessons de bouteilles en verre français, des cônes clinquants, des aiguilles, des morceaux de chaudrons de cuivre, des pierres à fusil et des éclats de silex (dont un transformé en perçoir). Cela porte à croire que l’aire fouillée actuellement pourrait vraisemblablement être une zone artisanale.