La chasse au Fort

14 juin
14 juin 2013

Les fouilles archéologiques exécutées à Odanak depuis 2010 ont permis d’en savoir plus sur l’occupation abénakise du territoire. Certains secteurs ont été particulièrement révélateurs.
 
Au nord-ouest de la communauté d’Odanak se trouve une zone où le sol n’a pas été perturbé par les constructions. Les campagnes de fouilles de 2010 et de 2011 y ont dévoilé deux occupations de courte durée. CaFe-4 présente deux occupations du Sylvicole où plusieurs tessons de poterie ont été mis au jour. Le site CaFe-5 démontre une occupation datant d’environ 4 000 AA et l’autre de la période historique. Comme peu de vestiges archéologiques représentatifs de la période d’établissement du Fort Abénakis ont été mis au jour dans ce secteur, les archéologues se sont plutôt concentrés sur le quadrilatère historique d’Odanak.

Plan des interventions 2012


Les fouilles de ce quadrilatère confirment l’occupation abénakise de cet endroit aux XVIIe et XVIIIe siècles. Plusieurs indices tels que la présence d’un espace artisanal (travail du métal et fabrication de perles de coquillage), de pieux, de foyers et de fosses indiquent que le coin sud-ouest du fort abénakis et une habitation se trouveraient tout juste au nord-ouest du musée. De plus, des vestiges de maçonnerie ont été découverts devant le presbytère. Il s’agit très probablement de l’assise de pierre de la première église d’Odanak. Tous ces vestiges permettent de situer dans l’espace réel la carte du fort abénakis dessinée par Levasseur de Néré en 1704.
 
La présence de maisons longues et la transformation de matériaux de fabrication européenne sur le site archéologique d’Odanak indiquent que les Abénakis ont conservé un mode de vie traditionnel à l’intérieur du fort. De grandes ressemblances peuvent être observées entre Odanak, la mission jésuite d’Old Point et le village de Norridgewok, situés dans le Maine. Ceci confirme qu’il y a eu des mouvements de migration du sud vers le nord.
 
Cet été, l’équipe retournera près des vestiges de l’église et en face du musée. Ces deux secteurs seront sujets à des fouilles à « aire ouverte » pour permettre aux archéologues d’avoir une vue d’ensemble des vestiges.
 
Cette année encore, vous pourrez suivre l’avancée quotidienne des fouilles archéologiques, ici même, sur le site internet du Musée des Abénakis.